:: Camper dans les Contrées :: On se connait ? :: Allez, au boulot ! Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sanghor Dunhîl

avatar
Sanghor Dunhîl
On se les caille ici !
Masculin
Métier : Trappeur
Localisation : Heidall - Les Sierras
Début de l'aventure : 06/09/2016
Discussions avec soi-même : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Sep - 17:11


Papier d'immatriculation


Sanghor Dunhîl

T'es qui au juste ?






Sexe : Masculin
Âge : 38 ans
Contrée d'origine : Heidall
Localisation actuelle : Heidall - Les Sierras
Métier : Trappeur
Situation familiale : Je suis marié à Osha depuis bien longtemps... Nous avons un petit garçon de 4 ans qui s'appelle Arne.
Nombre de Mall's en poche : Suffisamment pour que ma famille ne manque de rien, mais on est encore bien loin du grand luxe ou du confort.
" Soit bon avec la montagne et elle te le rendra. "
 

Tu trimbales quoi avec toi ?


Une panoplie d'armes variées, notamment un coutelas, un arc, une hache et des pièges. Mais aussi des objets qui me sont utiles au quotidien comme des cordages, de grands sacs de toile et de cuir ou encore des crochets en métal. Puis tout ce qui est globalement nécessaire à un voyage ou une partie de chasse et qui ne sort pas de l'ordinaire. La seule breloque un peu plus personnelle que j'emporte à chacun de mes voyages est l'une des chaussures de bébé de mon garçon Arne, pour me rappeler que de belles choses m'attendent à la maison.

Et tu ressembles à quoi ?


La plupart des gens me trouvent grand et massif, le premier probablement parce que c'est vrai, le second parce que je suis toujours emberlificoté dans bon nombre de vêtements en toile, en cuir ou en fourrure, afin de ne pas littéralement mourir de froid en excursion. Alors certes, je suis plutôt carré, mais vous trouverez d'autres gaillards bien plus imposants que moi dans le coin. Ce qui me caractérise ce sont mes longs cheveux blonds, que mon fils aime parsemer de quelques tresses perlées de temps à autres, m'attirant une ribambelle de moqueries auprès des habitants du cru si jamais je mets le pied à la taverne - ce qui entre nous m'est tout à fait égal, du moment que ça fait plaisir à mon garçon.
Le même blond que je porte sur ma barbe, une barbe qui encadre un visage plutôt carré et dur, bien que mes expressions et mes paroles soient globalement plutôt douces. J'ai un gros nez, c'est indéniable. Ma femme m'a toujours dit que c'était comme ça qu'elle m'avait repéré dans la foule; je n'ai jamais su si je devais m'en réjouir ou non ! Enfin l'essentiel c'est qu'elle soit quand même venue me parler vous me direz. C'est qu'après ça qu'elle a remarqué que j'avais les yeux verts et qu'elle a fini par craquer totalement. Des yeux qui m'ont fait craquer à mon tour lorsque mon fils est venu au monde.

Tu vas pas nous créer des problèmes au moins ?


Je suis quelqu'un de simple et de calme, qui aime les petits plaisirs de la vie. Je suis plutôt solitaire, j'aime le calme des Sierras, leur étendue sauvage, leur majestuosité. Mais je dois bien avouer que ma vie ne serait rien sans ma famille, sans ma femme et mon fils. Ça a toujours été compliqué de partir pour plusieurs jours ou plusieurs semaines de chasse afin de ramener un grand nombre de fourrures à vendre au village, mais ça l'ai maintenant d'autant plus que j'ai mon garçon. C'est comme si on m'arrachait chaque fois plus une petite partie de moi, de ma chair, une partie que je ne vois malheureusement pas grandir comme je le souhaiterais... Mais c'est un petit prix à payer pour le savoir en bonne santé, parce qu'en attendant, ce travail qui m'éloigne, c'est ce qui me permet de le nourrir, de le vêtir, de prendre soin de lui, d'eux deux.
J'ai beau tuer des animaux pour leur pelage, plumage ou fourrure, je n'en reste pas moins admiratif devant leur beauté, leur quiétude et ces espaces immenses qu'ils parcourent librement. Vous pensez que j'aurais pu faire un autre métier, ne pas avoir à m'en prendre aux animaux ainsi ou que sais-je; venez vivre quelques temps dans les Sierras ou ne serait-ce qu'un ou deux jours à Heidall, vous comprendrez vite que ces fourrures vous les voudrez sur les épaules, et non pas sur l'animal en question ! Je mets un point d'honneur à ne jamais faire souffrir une bête. Et j'essaye d'utiliser au maximum tout ce qu'elle peut me fournir : pelage, viande, nerfs à corder, bois ou sabots à retravailler en objets, etc. C'est un petit plus aux affaires. Mais cela va sans dire, il faut que mes fourrures soient impeccables, sans quoi je ne me fais pas autant d'argent que je le devrais. Alors c'est un grand travail de précision, autant pour la chasse que pour le dépeçage. La patience est mon fort, j'aime attendre, guetter, observer, réfléchir, rêver. Sentir l'adrénaline monter lorsqu'un animal apparaît, affûter mes armes, sentir mes muscles se bander lorsqu'enfin je dois ajuster mon tir, un tir unique, le seul qui me soit permis.

Tu viens d'où comme ça ?


J'ai grandi dans une famille aimante, avec un grand frère et une petite sœur. Une vie simple, à la dure, une vie de pêcheur et de trappeur près du Lac de la Lyre, dans les contreforts des Sierras. Nous étions un peu coupés du monde. Je me rappelle de mon premier voyage à Heidall pour accompagner père vendre ses poissons et ses fourrures: tout était si nouveau, si démesuré, si étrange ! Les gens de la ville, comme père les appelait, étaient différents. Marqués par le froid, certes, rudes comme nous pouvions l'être, mais désintéressés de ce qui les entourait : tout était bien plus simple à la ville, la température était plus clémente, et quand bien même, ils avaient les souterrains. Nous, nous n'avions que notre bicoque en bois.
Il a fallu apprendre à se débrouiller très tôt, pour aider père à gagner plus, à améliorer le quotidien. Alors chacun choisit une spécialité : je partis à la chasse pour ramener des fourrures, mon frère entreprit de fabriquer des objets en métal avec force tapage et ma sœur aida mère à préparer tout ce que les hommes pouvaient ramener.
Apprendre le métier de trappeur ne fut pas une mince affaire. Père m'a montré plusieurs fois comment procéder pour traquer une proie, puis le moment venu la tuer sans abîmer une once de fourrure pour qu'elle soit toujours rentable. Un travail de patience, de précision, d'observation. Un travail qui m'a permis de découvrir les Sierras et toute leur splendeur, qui m'a apprit à respecter cette nature, à en prendre soin et à ne prendre que ce qui était nécessaire à notre survie. Une vaste étendue qui m'a également permis de m'entraîner à loisir à manier plusieurs armes, chacune ayant un intérêt crucial sur la façon de tuer tel ou tel animal.

C'est lors d'un énième voyage à Heidall pour vendre notre dur labeur que ma route croisa celle d'Osha. J'avais une petite vingtaine, alors qu'elle était encore une jeune fille, probablement âgée de 16 ans à l'époque. Mais déjà "bonne à marier" comme avait dit son père, un personnage ingrat qui ne cherchait que le profit sur la tête de sa progéniture. Nous nous sommes vu à plusieurs reprise lors de ce séjour à Heidall; je n'arrivais pas à détacher mes pensées d'elle. C'est donc tout naturellement que j'ai annoncé à mon père qu'il repartirait sans moi. Que je pouvais tout aussi bien travailler dans les environs d'Heidall. Il n'en fut pas ravi, mais ne s'opposa pas à ce choix, me faisant tout de même promettre de venir les voir au moins une fois chaque cycle.

Une autre vie débuta alors, une vie où je devais subvenir aux besoins de ma chère et tendre. Je n'étais souvent que de passage à Heidall pour quelques jours, de retour de chasse. Une vie de moments volés, une histoire d'amour entre séparations et retrouvailles. Je devais être un bon époux, amené à devenir un bon père. Mais les choses furent compliquées... Osha ne réussit pas à donner la vie, à deux reprises. Elle en fut très affaiblie, physiquement et mentalement, m'obligeant à délaisser pour un temps mes activités afin de m'occuper de sa santé. Je travaillais alors au village, m'occupant de découper les bêtes dont les morceaux étaient vendus sur les étales. Puis il y a quatre ans, notre petit miracle est enfin arrivé. Arne. Et la vie redevint ce qu'elle devait être : joyeuse, libre, dans la nature, à profiter de chaque instant.  

Un peu du vrai toi


Prénom / Pseudo : Kallie
Âge : 22 ans
Comment as-tu connu le forum ? C'est toujours moi qui l'ai créé  
Depuis combien de temps fais-tu du RP ? Depuis 2005/2007
Un p'tit mot à nous laisser ? Allez, venez, on est bien là  

Code by Kallie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sanghor Dunhîl
On se les caille ici !
Masculin
Métier : Trappeur
Localisation : Heidall - Les Sierras
Début de l'aventure : 06/09/2016
Discussions avec soi-même : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Sep - 3:02
Voilà, fin prêt à braver le froid et les Contrées
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 11 Sep - 4:28
Invité
Bienvenue dans la Contrée de Geltoiléfess keupin 8D
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De retour à Mathusalem :: Camper dans les Contrées :: On se connait ? :: Allez, au boulot !-
Sauter vers: