:: À la découverte de Mathusalem :: On se connait ? :: Allez, au boulot ! Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De fils en aiguilles

avatar
Laïssa Huriya
Tu files un mauvais coton !
Féminin
Métier : Cousette nomade
Localisation : Cherche un peu
Début de l'aventure : 23/06/2017
Discussions avec soi-même : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Juin - 11:34


Papier d'immatriculation


Laïssa Huriya

T'es qui au juste ?






Sexe :
Âge : 25 (à deux vaches près)
Contrée d'origine : Vohilis
Localisation actuelle : Nulle part et partout
Métier : Tailleur / Costumière / Brodeuse
Situation familiale : euh... Le néant ?
Nombre de Mall's en poche : ça dépend des jours
" [...] Et les chiens aboient "  
 

Tu trimbales quoi avec toi ?


- Une vieille bourrique à moitié agonisante mais fidèle au poste
- Une cariole pleine de machins, de trucs bizarres et accessoirement de quoi vivre
- Du matos de cousette, plein, partout, toujours et encore.

Et tu ressembles à quoi ?


La Ptite chose que voici ! Ouais, elle n'est pas très grande quoi, mais après tout ça ne lui a jamais posé problème, et elle s'en fiche un peu. Niveau  gabarit autant vous dire qu'un coup de vent pourrait l'emmener, le mouvement permanent ne lui permet pas de prendre un gramme et la puberté semble l'avoir oubliée. En effet, elle est plate comme une limande, mais à ce qu'on dit ça lui va pas trop mal, de toute façon on n'y voit pas grand chose au travers de ses chemises en lin toutes larges. La règle est la même pour le bas du corps, en général, passé la chute de reins, ça descend tout droit et impossible de deviner quoi que ce soit. Elle passe la plus longue partie de l'année pieds nus, ou avec des chaussures extrêmement minimalistes faites par ses soins, la règle change uniquement lors de ses passages au Nord de ce monde.
Sa longue chevelure sombre est parsemée de pendeloques, de perles, de bricoles en tout genre qui font un bruit immanquable à chacun de ses mouvement, ça tappe un peu sur les nerfs de certains mais tanpis pour eux, na, elle les attache souvent grossièrement, la coiffure n'est pas son fort, soyons honnêtes. Sous cette tignasse on distingue très bien un visage mat, assez classique dans la forme. Ses yeux vert viennent éclairer un peu tout ça, et lui donne un air un peu étrange, pour ne pas dire carrément flippant quand elle s'y met. Autant que ses cheveux, elle n'a pas pû laisser sa peau tranquille, elle est recouverte de motifs couleur brique, obtenus à l'aide d'une ocre dont elle se sert parfois dans les teintures textiles. Pas besoin de chercher un sens à cet accoutrement, c'est son truc et c'est tout, il ne dissimule aucune cicatrices, défauts de peau, c'est juste sa marque de fabrique en quelque sorte.
A ses poignets vous verrez toujours quelques anneaux en or, patinés par le temps, à ses doigts des bagues toutes plus loufoques les une que les autres, avec des pierres improbables et des arabesques à en faire pâlir le créateur de l'ordre corinthien.
Au niveau sensoriel, sa voix n'a rien d'extraordinaire, elle parle d'un ton tendre en général, mais peut devenir assez sèche ou pousser un coffre sorti de nul par si on lui cherche des noises. Elle a le pas léger, et se tient légèrement courbée, les années de travail n'ayant pas épargné son dos, une caractéristique "bosse de la couturière" commence à se dessiner, bien cachée par l'abondance capillaire de notre amie.
Tant qu'on parle de boulot, autant vous en dire un peu plus sur ses habitudes. Elle travaille toujours assise en position méditative, les énergies circulent mieux et ça permet de rester attentif, assise sur un coussin brodé aux couleurs de tous les endroits où elle a put passer. Elle porte sur le front une paire de loupes, à la manière des orfèvres pour les travaux particulièrement chiants. minutieux, et une ceinture massive, en cuir de cheval avec tout son matériel.


Tu vas pas nous créer des problèmes au moins ?


On verra bien ça par la suite, sa venue n'est pas toujours bien accueillie, une sans domicile fixe qui débarque avec canasson aux grosses pattes et une carriole claudicante (si, une carriole ça boite, je te jure) c'est pas toujours très bien vu par les gens qui ne sont jamais allés plus loin que le bout de la rue dans laquelle ils crèchent. En principe tout devrait bien se passer, elle n'est pas du genre à chercher les ennuis, mais elle n'hésitera pas à leur rentrer dedans si on la chatouille trop.
Tout sauf dans le rang, "discrète et réservée", elle ne va pas pour autant quémander de l'attention à tout va. Elle se fera un plaisir de blablater avec le premier venu si celui-ci vient à elle en premier.  
De l'humour ? Elle en a, et ne la lancez pas là dessus, on ne peux plus l'arrêter c'est infernal. L'auto dérision est sa spécialité et elle n'hésite pas à l'appliquer aux autres aussi, la dérision. Elle te parlera d'un ton moqueur assez vite, casse-toi si tu as trop d'égo, tu risquerais la syncope.
A part ça, elle n'a aucune attirance pour l'argent, tant qu'elle peux vivre correctement, tout va bien dans le meilleur des mondes. Elle ne "truquera" pas ses ventes, et est ouverte à la négociation en fonction de la bourse de chacun. Après tout elle ne fait pas se métier pour s'enrichir mais pour vivre sa vie de nomade solitaire avec un minimum de sécurité, et parce qu'elle aime ça aussi, accessoirement.
Elle a cette manière de tout rendre festif, elle pousse facilement la chanssonnette, danse volontiers, et ne pourra que te faire sourire, un antidépresseur à elle seule quoi, c'est pratique hein ?
Et l'Amour alors ? Cette notion est un peu passée à la trappe avec le temps, de toute façon elle plaît rarement, les hommes préfèrent les jeunes filles gracieuses et polies, enfin une grande majorité. Toutes ses histoires ont finit rapidement, puisqu'elle ne reste pas plus de  quelques semaines au même endroit, et elle n'a jamais rencontré aucun individu du sexe opposé prêt à partir sur la route pour vivre avec elle sa grande aventure. A force elle a finit par mettre ces bestiaux de côté pour ne plus se prendre la tête avec tout ça.

Tu l'as compris elle vit surtout pour elle, et le regard des autres lui passe au dessus. En même temps c'est pas très compliqué... (parce qu'elle est petite... Tu l'as là ? ) Trêve de blagues nulles... Elle aime s'amuser, profiter de la vie et rien ni personne ne pourra lui enlever sa passion pour le bonheur et la joie.
Sinon, elle joue du violon entre deux coutures, il lui sert généralement de monnaie d'échange contre le gite et le couvert dans les auberges quand elle est de passage en zone civilisée. Elle joue tous les soirs durant son séjour, met un peu d'ambiance dans les soirées mornes et tristes, ça fait rester la clientèle, qui à force de chanter et danser, a soif, vachement souvent quand même, tout le monde y trouve son compte au final.


Tu viens d'où comme ça ?


An 4006 - Contrée de Kravmalörg -  un hameau près de Heidall

Et sinon tu viens d'où cocotte pour traîner dans ce coin là avec ta bourrique ?

Le vieil homme leva un sourcil sous sa tignasse grise. La fumée de sa pipe créait régulièrement un voile blanc devant son visage. Laïssa fronça légèrement le nez, c'était la première fois qu'elle sentait une odeur aussi affreuse. Elle fixa les mains du vieillard, elle étaient calleuses, abîmées par les années de travail, son majeur droit était de couleur verte, comme une bague large autour de la dernière phalange.

De Athalie...

Un sourire se dessina caché derrière la barbe de son interlocuteur, il ne semblait pas surpris. Il inspira à nouveau dans son tube à l'odeur immonde, souffla longuement par les narines.

T'as fais un long chemin, pour une gosse de ton âge, d'ailleurs ça te fait combien ?

Il se leva lentement, son dos était courbé, mais il avait encore la souplesse d'un homme de vingt ans de moins. Il se dirigea vers la cheminée, dans le foyer un feu brûlait timidement, et devant, une casserole en bronze frémissait. Il vint la poser sur la table sans même utiliser un linge pour se protéger de la chaleur. Laïssa se leva d'un coup.

Euh 12... Vous voulez pas de l'aide ? vous allez perdre une main comme ça faut pas jouer avec ça papi hein !

Un rire s'échappa des lèvres du géant, il lui posa une main amicale sur son épaule qui lui fait l'effet d'un coup de marteau, pour lui faire comprendre de se rasseoir. Il lui servit une assiette de la mixture en préparation, enfin une assiette... Qui aurait put nourrir un foyer entier. Il prit le double pour lui. Devant le visage ahurit de la jeune il reprit place sur sa chaise qui craqua comme si elle allait céder sous son poids.  Il lança une cuillère en bois dans sa direction, prit la sienne et entama son saladier en guise écuelle.


Au lieu de dire des conneries sur mon grand âge, tu vas m'écouter cinq minutes ok ? J't'explique, j'ai besoin de main d'œuvre à l'atelier et y' a pas un jeune qui accepte de bosser pour moi ou qui tient la route. Je te garde, tu me fais bien rire, et tu vas apprendre vite, j'en suis sûr. En échange t'as à bouffer tous les jours et une piaule à l'étage qui était à ma fille mais elle a rencontré ce qui lui sert aujourd'hui de mari entre temps.

Bah je veux bien, mais vous faites quoi en fait ?

Il se leva lentement, et lui fit signe de venir. Laïssa le suivi dans une salle sombre, timidement éclairée par un feu mourant dans la cheminée.
Une immense table parfaitement organisée se dessinait au centre de la pièce. Sur une extrémité du meuble, des ciseaux immenses brillaient à la lumière des flammes, d'autres minuscules apparaissaient à côté. Au milieu, une peau était étendue, en s'approchant elle comprit qu'il s'agissait d'un manteau, la doublure était en cours d'assemblage, et des épingles maintenait les coutures encore non réalisées. Sur la droite de l'ouvrage, se tenait une bobine de fil de lin, et un dés à coudre en cuivre qui aurait pu convenir à son pousse.

Alors c'est ça votre tâche verte... Vous êtes tailleur ?

L'homme alluma lentement une bougie, puis prit appui sur le plan de travail.

On va dire ça, c'est un bien grand mot. Nous arrivons bientôt en période d'hiver, j'ai des commandes à n'en plus finir. Et je commence à fatiguer. Dès demain je te vois ici dès que la lumière est suffisante pour travailler.


An 4014 - Contrée de Dohilac - Ville inconnue



Laïssa ! L'ourlet du manteau se fait la malle, j'entre en scène dans deux minutes, bouges-toi !

Dans un cliquetis peu discret la jeune femme trotta entre les comédiens, musiciens et jongleurs. Elle avait quitté depuis de nombreuses années l'atelier du vieux tailleur de Heidall, avait rendu service à divers artisans dans les régions de Vohilis et Dohilac, 10 ans après, elle parcourait tout le pays avec Les Gueules Peintes en Blanc, une troupe de saltimbanques, et surtout avec Shay. Le danseur, chanteur et jongleur avait réussi à l'embarquer avec cette petite famille, et ce depuis 3 ans.
Elle s'agenouilla aux pieds du jeune homme, commença quelques points rapides sur le bas du manteau.

T'avais qu'à être plus grand, tu n'aurais pas marché dessus, c'est la troisième fois en 5 jours que tu craques tout, je t'avais dis que ça n'irait pas.

Elle retira le fil de l'aiguille, plaça cette dernière entre ses dents, et cassa le fil avant de se relever, à quelques centimètres du visage de son compagnon grimé de blanc de céruse.

Tête de mule vas.

Elle vint lui piquer légèrement le nez de la pointe de l'aiguille, l'air satisfaite. Le jeune homme l'esquiva de peu en riant, avant de l'embrasser, il passa rapidement la main dans les cheveux de l'habilleuse.

Souhaites moi bon jeu !

Il disparu derrière le rideau, sur scène. Elle soupira, une autre voix l'appelait, la contorsionniste voulait un coup de main pour son laçage de corsage.



Le spectacle avait été une réussite, c'était une des meilleures recettes qu'ils avaient faites, les passants avaient été généreux. Toute la troupe s'était réunie pour le repas collectif habituel, Laïssa avait dansé quelques minutes avec les autres, mais était vite retournée à ses aiguilles, les derniers arrivants de la troupe avaient besoin de nouveaux costumes, elle était en train de terminer le dernier. Assise un peu en retrait, sur un coussin haut, elle avait installé un chandelier pour l'éclairer, en bruit de fond, les guitares, les violons et les chants de ses collègues brisaient le silence de la nuit. Shay lui, versait de la bière dans les chopes des demandeurs.
Elle termina sa couture, ses paupières tombaient, la fatigue se faisait sentir, elle fit signe au jeune homme avant de rentrer dans leur roulotte.
La pièce qui leur était réservée était petite, mais contenait le nécessaire, deux commodes de chaque côté de l'entrée leur permettaient ranger leur matériel et leurs vêtements, au fond trônait un lit, au dessus duquel de nombreuses étagères portaient divers livres, manuscrits de pièces, carnets de leçon de couture. Elle observa le lieu à la lumière de la bougie, en retirant sa ceinture, sa robe puis tous les bijoux amovibles qui la paraient. Elle se glissa entre les épaisses couvertures et le drap de coton, et ferma les yeux.

Une main passant sur sa joue la tira de son sommeil.

Ma petite couturière ?

Hum ?

On est heureux dis hein ?

L'haleine parfumée à l'alcool de son compagnon lui vint aux narines. Et se redressa lentement, pour s'asseoir sur le lit, face à lui.

Tu as trop bût toi.

Il posa sa tête sur son épaule, logeant son visage dans le cou de Laïssa, tout son poids pesait sur le corps fatigué de notre amie, il tombèrent à la renverse, lui, en profita pour se blottir contre elle, reposant son crâne lourd sur sa poitrine. Elle, vint lui caresser lentement les cheveux.

Oui, mais on est heureux quand même.

On serait bien juste tous les deux tu ne penses pas ?

Il ria aux éclats, releva la tête pour la regarder.

Elle est marrante cette blague.


Je rigole pas, on serait pas bien ? Tous les deux sur la route, pas de compte à rendre, on travaillerai pour nous, au rythme qui nous plait, toi tu jouerai les pièces que tu écris, tu sais, tes monologues, ils me font rire, et Almuth les interprète moins bien que toi. Et puis je danserai, sur ta musique, je ferai nos costumes, les repas, et puis je m'occuperai de toi.

Elle l'embrassa sur le front, il se releva aussi vite que lui permettait son état d'ébriété, lui saisissant fermement les épaules.

Dis moi que je rêve... On peut pas partir, tu n'as pas compris, moi j'ai grandis avec eux, je veux que mes enfants grandissent avec la troupe aussi, j'ai pas envie de voir autre chose, on s'ennuierait à deux seulement...

Sa main droite vint glisser dans les cheveux de la costumière, il joua avec un pendentif tressé, glissa doucement contre elle, et plaça son bras gauche entre le dos de la demoiselle et le matelas.

Tu n'es pas fâchée hein ? C'est juste que là au moins j'ai envie de profiter des moments avec toi.

Laïssa sentit les lèvres de Shay se poser sur son cou, elle bondit hors des bras du jeune homme, se rasseyant, et attrapa une longue chemise posée sur le lit, avant de se rhabiller.

Je vois à quel point tu m'estime, et "l'âme nomade" c'est bien pour faire rêver le public hein ? Au final l'aventure tu n'y connais rien. Tu es comme les autres en fait, un hypocrite, un trouillard.

Elle sortit du lit, enfila la première jupe qui lui tombai sous la main, et une cape en lin qu'elle s'était fait l'année passée. Les sourcils du comédien se froncèrent, il se dirigea vers elle, le ton montait.

Tu vas où comme ça ? Tu veux tous nous abandonner hein ! La troupe, et moi maintenant ?!

Je vais juste faire un tour tu m'as gavée, je reviendrai quand tu auras cuvé.

Elle accrocha la fibule à l'encolure du vêtement, il vint attraper la main qui maintenait la fermeture.

Non, tu pars pas. J'ai pas fini d'parler tu m'écoute. On peut pas s'en aller, toute seule t'es quoi ? Rien, si t'es là c'est grâce à moi, tu pense vraiment que tu retrouverai ça par toi-même ? Donc si je dis "on reste", on reste, et ça quelque soit le degré d'alcool.

Il la serra contre lui, posa un baiser sur son front.

Viens te recoucher, demain on monte les tréteaux que le soir, on a toute la nuit pour nous et j'ai pas envie de la passer à me prendre la tête.

Elle voyait rouge, le nez enfoui dans le jabot de a chemise de son compagnon, la colère montait.
Elle se dégagea de son étreinte, le visage fermé, s'en était trop. Mais elle savait pertinemment que répondre ou partir lui vaudrait une altercation de plus. Elle se contenta de retourner dans les bras de celui qu'elle pensait connaître.



حرية


La Nuit avait terminé de tomber il y a longtemps déjà, sur son cheval, Laïssa regardait derrière elle, la vue des roulottes qui s'éloignaient lui fit mal au cœur quelques secondes. L'une d'entre elles laissa passer une lumière naissante, un cri s'en suivi. C'était celle de qu'elle partageait avec Shay jusqu'à présent. Il avait dût se rendre compte de son absence, et voir le mot qu'elle lui avait laissé. Elle vit l'homme sortir, il n'avait pas prit le temps d'enfiler un pantalon, il la repéra rapidement, la torche qu'elle avait dû prendre pour discerner le chemin jusqu'au centre ville n'était pas des éléments des plus discrets. Il dirigea sa course dans sa direction. Elle s'arrêta et fit demi tour sur place. L'homme s’arrêta à son tour, à quelques dizaines de mètres d'elle.

J'ai été idiot, reviens ! Je vais réfléchir, promis.

Un sourire apparu sur les lèvres de la petite main, elle le connaissait par cœur.

Comment un comédien aussi talentueux peut-il mentir aussi mal ? Toi-même tu ne m'enfermera pas mon amour.

Elle lui lança un baiser de la main, et donna l'ordre à sa monture de reprendre la route. Cet instant là, c'était le premier qu'elle passait seule depuis trois ans, ses bras vinrent s'écarter, comme un oiseau déploie ses ailes, la tête penchée vers l'arrière, elle inspira profondément l'air frais de la nuit, se laissant secouer doucement par les mouvements de sa monture.

Un peu du vrai toi


Prénom / Pseudo : Mamie Cousette
Âge : 210
Comment as-tu connu le forum ? En cherchant un forumRPG autre que du mangakikoololmoyennedage14ans.
Depuis combien de temps fais-tu du RP ? Euh longtemps, 8 ans, mais avec une pause de 2, études = plus de vie
Un p'tit mot à nous laisser ? La présentation est quasiment terminée, je peaufine et je balance tout demain ! L'avatar arrive, j'avais oublié ce truc. Sinon, comme je le disais l'autre fois, très joli taff sur le contexte, hâte de vous rejoindre !

Code by Kallie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laïssa Huriya
Tu files un mauvais coton !
Féminin
Métier : Cousette nomade
Localisation : Cherche un peu
Début de l'aventure : 23/06/2017
Discussions avec soi-même : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Juin - 12:06
PS : Ayant perdu l'habitude des hébergeurs d'images, etc... Je galère à retrouver quel lien doit être copié pour l'avatar, et malgré un recadrage sur toshop, mon image est ridiculement minuscule quand liée directement des docs.. (ça commence fort tiens... ) Si quelqu'un peut m'éclairer, je suis preneuse !
Merci d'avance !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trianna Qureshi
Il ne suffit que d'y penser, pour être libre.
Féminin
Métier : Servante
Localisation : Athalie
Début de l'aventure : 02/08/2016
Discussions avec soi-même : 331
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Juin - 12:26
Heureuse de voir que tu t'es laissée tenter

Concernant ton avatar, il faut héberger l'image et mettre de lien dans "lier l'avatar depuis un autre site" (je crois, si ce n'est pas celui-là, c'est l'autre )

Bienvenue sur Mathu' dans tous les cas et bon courage pour la suite de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severine Vendevert
Tu me laisses un goût amer, Pépin.
Féminin
Métier : Apothicaire
Localisation : Dorush
Début de l'aventure : 29/11/2016
Discussions avec soi-même : 164
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 9:36
Bienvenue! Hâte de te croiser toi et ta vieille bourique! :p

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laïssa Huriya
Tu files un mauvais coton !
Féminin
Métier : Cousette nomade
Localisation : Cherche un peu
Début de l'aventure : 23/06/2017
Discussions avec soi-même : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 18:22
Merci ! Si elle tiens encore debout ahah !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trianna Qureshi
Il ne suffit que d'y penser, pour être libre.
Féminin
Métier : Servante
Localisation : Athalie
Début de l'aventure : 02/08/2016
Discussions avec soi-même : 331
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 22:39
Si j'en crois le bouton, ça semble fini o/

J'ai beaucoup aimé la description physique relatant des vêtements, je me représente très bien l'image et l'attitude
D'ailleurs, l'avatar est très bien choisi d'une part pour l'origine du personnage, d'autre part en rapport avec l'historie de nomade !
J'aime bien le ton donné à la fiche et la façon dont c'est conté !

J'ai toutefois repéré quelques incohérences sur la fiche :
Citation :

(bosse au niveau des vertèbres C7 et D1, pour parler français : le bas de la nuque)

C'est un peu trop technique pour l'époque ! On parlera plutôt de bosse tout court, au niveau de la base du cou !

Citation :
En fait, pour te donner une idée, c'est un peu le pote étrange qu'on avait au lycée, tout le monde le connait, pas vraiment au final, mais on l'aime bien, parce qu'il est marrant.

Le lycée est anachronique ici ! L'éducation se fait à la maison, parfois avec un tuteur accompagné d'autres enfants, mais dès l'adolescence, on parlera plutôt d'apprentissage auprès d'un maître / mentor qui t'apprendra un métier.

Citation :
Elle avait entendu parler de légendes à propos d'animaux qui crachaient le feu
Si tu sous entends les Dragons, c'est un peu anachronique aussi Les croyances de Mathu et celles IRL sont complètement différentes. Alors je te conseille de trouver une autre comparaison !

Il faudrait également une petite relecture, il y a quelques coquilles

Et puis ma foi après ça, je te valide
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laïssa Huriya
Tu files un mauvais coton !
Féminin
Métier : Cousette nomade
Localisation : Cherche un peu
Début de l'aventure : 23/06/2017
Discussions avec soi-même : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 22:45
ça roule ! Je corrige ça de suite, j'ai pas basé la description psycho et physique sur le contexte en effet, j'ai tendance à écrire un peu trop comme je parle, je relis un coup aussi alors, je suis la reine des fautes de frappe !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laïssa Huriya
Tu files un mauvais coton !
Féminin
Métier : Cousette nomade
Localisation : Cherche un peu
Début de l'aventure : 23/06/2017
Discussions avec soi-même : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 23:08
Done ! ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trianna Qureshi
Il ne suffit que d'y penser, pour être libre.
Féminin
Métier : Servante
Localisation : Athalie
Début de l'aventure : 02/08/2016
Discussions avec soi-même : 331
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 23:15
Et bien voilà, tu peux aller gambader dans les Contrées !
Tu peux aller ouvrir un journal de bord, trouver un compagnon pour RP, participer au flood etc : tu fais comme chez toi maintenant !

Oh, j'avais tout de même une autre question : comment que ça ce fait qu'à 12 ans elle se retrouve à Kravmalorg alors qu'elle est originaire du Sud ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laïssa Huriya
Tu files un mauvais coton !
Féminin
Métier : Cousette nomade
Localisation : Cherche un peu
Début de l'aventure : 23/06/2017
Discussions avec soi-même : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 23:24
Je voulais volontairement passer sous silence ce moment là, au final la raison de son départ importe peu, ce qui compte c'est la découverte de soit, et son départ est comme le reste : un coup de tête, une décision irraisonnée et juste poussée par une intuition. Chacun peut imaginer ce qu'il veut au final !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trianna Qureshi
Il ne suffit que d'y penser, pour être libre.
Féminin
Métier : Servante
Localisation : Athalie
Début de l'aventure : 02/08/2016
Discussions avec soi-même : 331
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 23:26
Je comprends tout à fait ce point de vu, mais à 12 ans, elle était quand même encore dépendante de ses parents non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laïssa Huriya
Tu files un mauvais coton !
Féminin
Métier : Cousette nomade
Localisation : Cherche un peu
Début de l'aventure : 23/06/2017
Discussions avec soi-même : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 23:28
Tout à fait, donc on devine parfaitement le tempérament du personnage, dès cet âge là
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De retour à Mathusalem :: À la découverte de Mathusalem :: On se connait ? :: Allez, au boulot !-
Sauter vers: