:: À la fin de la journée... :: Bande de tire-au-flanc ! Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Akrib Trimoa - Présentation lambda n° 17 345

Invité
Invité
Mar 27 Déc - 20:09
Invité


Papier d'immatriculation


Akrib Trimoa

T'es qui au juste ?




Sexe : Homme
Âge : 17 ans
Contrée d'origine : Vohilis ?
Localisation actuelle : Athalie
Métier : Garde/Mercenaire
Situation familiale :
Mère décédée, père inconnu.
Fils unique. Célibataire.
Nombre de Mall's en poche :
Énormément. Un jour peut-être...

"Rêver, c'est un peu parcourir l'écheveau des possibles. Je vais me tisser un vrai destin !"
 

Tu trimbales quoi avec toi ?


Accoutrement : Une tunique de lin doublée d'une veste en cuir de piètre qualité.

Armement : Un glaive à double tranchant.

Accessoires : Un bon paquet d'amulettes et des gris-gris sans nombre. S'il a sur lui un bijou d'une quelconque valeur, il l'a probablement volé.

Et tu ressembles à quoi ?


Akrib a le nez fin et des yeux d'un noir intense surmontés de sourcils épais et bien dessinés. Son visage est encore juvénile sous la barbe naissante. Pour se donner l'air un peu plus vieux et imposant, il laisse pousser cette dernière et adopte des coupes de cheveux fantaisistes, coiffant ses mèches d'ébène en arrière. Il est relativement petit, mais pas frêle pour autant. Il conserve encore la démarche déliée et la moue boudeuse qui étaient les siennes étant enfant, mais sa voix est bien celle d'un homme. Si sa peau a pris quelques couleurs au contact du soleil de Vohilis, elle reste plus claire que celle de ses congénères. La faute sûrement à ses ancêtres venus d'ailleurs, mais il ne s'en plaint pas ; il trouve que le contraste fait ressortir ses yeux quand il se voit dans le miroir. Et les dieux en soient témoins, Akrib aime à se mirer dès qu'il en a l'occasion.


Tu vas pas nous créer des problèmes au moins ?


Le jeune homme se trouve à un tournant de sa vie. Des problèmes, il en a eu, il en aura, et il en créera sûrement. En cause, son éternel optimisme et le sentiment que le monde lui appartient. Akrib n'est jamais triste ou abattu très longtemps. Pour autant, sa personnalité est loin d'être extravagante. Un tantinet trop introverti, on le décrirait la plupart du temps comme calme et posé. C'est là que le garçon peut vous surprendre. Comme certains ont des éclairs de génie, lui se trouve parfois frappé par des éclairs de fougue. Et ce, depuis son plus jeune âge.

Cela se produit généralement lorsque la vie se montre cruelle et dure envers lui. Sur un coup de tête, lorsqu'il est triste ou en colère, il peut tout envoyer valser sans le moindre regret. Plutôt que de se poser et de réfléchir à la situation, Akrib bousculera ses habitudes et son environnement. Tout pour ne pas se remettre en question, car il le sait, il est destiné à faire de grande chose et un jour tout Mathusalem connaitra son nom. En bien, ou en mal, peu importe, pourvu que les foules scandent ce drôle de prénom qui est le sien.

Ces traits de personnalité viennent bien sûr rogner sur d'autres choses. Son assiduité et son sens de la morale ne sont pas très développés, et souvent l'ardeur qu'il met à vouloir bien faire l'empêche de remarquer qu'il se fourvoie. En un mot comme en cent, Akrib est jeune, et malgré sa maturité apparente, il fait parfois encore preuve de puérilité. Cependant, en dehors de ces "phases", c'est un garçon plaisant qui ne se fait pas remarquer. Il a des rêves simples, la grandeur et la richesse. L'amour peut-être, mais il n'y a pas encore vraiment réfléchi. Il est très ingénieux et débrouillard, à défaut de posséder d'autres talents plus marquants. Mais généralement, c'est suffisant pour se sortir de toutes les situations où il peut se fourrer. Il jouit aussi d'une chance insolente, sauf aux jeux de hasard. Un comble pour un prétendu enfant de Vohilis.

Avec ses amis, Akrib est généreux, se montre protecteur et attentionné. C'est qu'ils sont rares ceux qui peuvent se targuer d'être ses proches. Sa confiance ne se gagne pas facilement, même s'il éprouve généralement du respect pour ceux qui lui enseignent de nouvelles choses. En effet, le jeune homme a soif d'apprendre, et si vous parvenez à capter son attention et à l'intéresser à certains sujets, vous vous rendrez compte qu'il apprend vite et bien. Enfin, c'est surtout vrai en dehors de ses périodes "Je-suis fougueux-poussez-vous-j'ai-raison-vous-avez-tort."


Tu viens d'où comme ça ?


En l'an 4002, Athalie était une cité animée, et son port l'était encore plus. C'est encore vrai aujourd'hui, mais durant la journée qui nous intéresse, l'agitation qui secouait les docks aurait pu être qualifiée d'anthologie. Dans le vacarme ambiant et le tourbillon sans fin de marins et de gros-bras, figurez-vous une femme menue, descendant avec peine d'un navire fraichement arrivé. Imaginez-vous quels efforts elle a dû déployer pour sortir de la cohue tout en protégeant un petit paquet qu'elle tenait tout contre elle. À présent, dressez le portrait d'un adorable garçon, dévorant de ses grands yeux sombres cet environnement chamarré. C'est ainsi qu'Akrib et sa mère débarquèrent dans le Sud.

Cette dernière subsista quelques années dans la ville basse, profitant des maigres économies prises à son frère lors de son départ. Par la suite, elle raconterait souvent à Akrib comment elle avait quitté le Nord, mais sans jamais préciser les raisons de son départ. Avec le temps, le garçon apprit à respecter le secret de sa mère. Elle était encore jeune et jolie, et l'on lui laissa sa chance comme serveuse. Élever seule un enfant tout en travaillant, c'était une tâche ardue, mais la mère du petit Akrib ne faillit pas. Du moins, pas avant que ce dernier n'atteigne l'âge de raison. En grandissant, il réclamait de plus en plus d'attention maternelle. Mais pour le vêtir et le nourrir à sa faim, il fallait que sa mère s'échine toute la journée. C'est donc vers ses sept ans que le garçon partit se promener seul de par la ville pour la première fois. Athalie est vaste, et pleine de secrets. Akrib découvrit un monde de senteurs exotiques, de spectacles racoleurs et de personnalités loufoques. Il se joignit rapidement à une bande de gamins des rues, apprenant à leur contact la dure loi de cette jungle de pierre. Ceux qui ne couraient pas assez vite finissaient souvent dans les filets des esclavagistes, ou attrapés par un garde. Quittes pour une bastonnade en règle.

Bien sûr, tout n'était pas noir, surtout pour un garçonnet habile et curieux comme il l'était. Il se fit de bons amis, découvrit le plaisir de se livrer à des jeux dangereux dans l'insouciance la plus complète et de caracoler dans les marchés après avoir chapardé un fruit juteux à un marchand distrait. Il se livra à d'innombrables virées sur les toits en compagnie d'enfants qui, comme lui, rêvaient de liberté et d'une vie meilleure. Le soir, de retour à la maison, les sermons de sa mère et l'inquiétude qui brillait dans ses yeux n'étaient rien pour lui. Un enfant n'entend rien à la notion de danger. À dix ans révolus, il découvrit néanmoins que la vie pouvait se montrer très injuste. Sa pauvre mère perdit son travail. Une décennie à suer sang et eau pour son fils unique l'avait rendu un peu moins avenante, un peu moins belle. C'était une raison suffisante pour s'en séparer au profit d'une donzelle plus pulpeuse, selon le patron de l'auberge.

Akrib lui continuait d'ignorer les enseignements maternels et vaquait à ses occupations, passant le plus clair de son temps dehors. Il devint cependant plus responsable, par la force des choses, et, s'il commettait toujours de menus larcins, c'était désormais pour aider sa mère qui se privait de nourriture pour lui. Douze ans après leur arrivée dans cette ville, elle montra pour la première fois à son fils des signes de fatigue. Au chevet de cette figure aimante à laquelle il n'avait jamais vraiment montré la moindre gratitude, le jeune garçon se montra pour la première fois attentionné et prévenant. Le destin lui prouva que dans ce monde, subvenir aux besoins d'un être aimé ne se fait pas en se montrant attentionné.

Il mendia, vola plus que d'habitude, tenta même de se faire embaucher par de riches habitants, en tant que garçon à tout faire. Mais les quelques Mall's qu'il ramenait ne duraient jamais bien longtemps. Finalement, sa mère se laissa mourir. Elle n'avala plus rien, du jour au lendemain, et la première fièvre eu tôt fait de l'emporter. Elle parla en ces termes, d'une voix faible et enrouée : "je ne veux pas être un poids pour toi, mon petit prince..." et sur son lit de mort, elle l'enjoignit une dernière fois à vivre sa vie de la façon la plus honnête possible.

À treize ans, sans le sou et désormais orphelin, Akrib rejoignit sa bande à temps plein. Il se fit un nom, chez les marchands des bas quartiers. Lui et d'autres jeunes perdus -désormais sa seule famille- s'étaient illustrés par des vols à l'étalage réguliers, de plus en plus ambitieux. Devenu adolescent, il laissa de côté cette vie de petit voyou. La mainmise des pirates sur la ville avait des effets néfastes, et notamment, tous les gamins des rues qui commençaient à avoir du poil au menton étaient recrutés pour servir d'hommes de main. Il fallait intimider, passer des commerçants et des membres de bandes rivales à tabac et, parfois, régler le compte d'un pauvre type. Sans la mise en garde de sa mère, Akrib aurait probablement été tenté par cette vie. Mais il se rangea. Il avait grandi vite, ressemblait déjà un peu à un homme. Cette fois, on voulut bien l'embaucher. Il gagnait une misère, bien moins que lorsqu'il volait. Mais la nuit, lorsqu'il remontait sur les toits de la ville, assommé par une journée de travail répétitif, il pouvait deviser seul en pensant au jour où le monde lui appartiendrait. Rien de moins. Ces rêves éveillés lui donnaient la force de continuer.

Un jour, en voyant passer une caravane qui s'apprêtait à quitter la ville, il prit conscience que s'il restait vivre ici jamais rien ne changerait. Il lui fallait voir du monde, explorer d'autres possibles. Il se renseigna, traina le soir dans les tavernes. Puis il alla se poster sur les marchés, prétendant protéger les échoppes et les étals contre un salaire et un repas chaud. C'est ainsi qu'il passa tout le cycle de l'Ennui de ses seize ans, à poursuivre et à attraper des gamins dont il connaissait toutes les techniques de chapardage, pour les avoir longtemps pratiquées. Avec l'argent, il se paya une lame presque dépourvue de rouille, qui lui servait à intimider les voyous mieux armés et plus grands que lui. On lui confia divers postes, la plupart du temps il fallait surveiller des marchandises, une maison ou une personne. Il croisa le fer à quelques reprises, s'en sortit toujours miraculeusement. Il était chanceux. Peut-être naturellement, peut-être grâce aux amulettes que sa mère lui avait fait promettre de toujours porter au cou.

Finalement, il s'estima prêt. Il abandonna sa misérable masure à un vieil éclopé en échange d'une poignée de Mall's et d'une meilleure épée, puis il rejoignit les portes de la ville, à la recherche de la prochaine caravane qui quitterait Athalie, pour se présenter en tant que mercenaire. Le monde s'offrait à lui, pourvu qu'un marchand un peu sur la paille préfère se payer les services d'un garçon de dix-sept ans plutôt que ceux d'un colosse de vingt-cinq en armure complète.

Un peu du vrai toi


Pseudo : Épitaphe
Âge : 19
Comment as-tu connu le forum ? Par hasard en écumant le web.
Depuis combien de temps fais-tu du RP ? Depuis mes 17 printemps/ans/cycles des Itinérants, comptez comme vous voulez.
Un p'tit mot à nous laisser ? "Vohiliens" ça sonne pas mal, non ?

Code by Kallie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azran Surion
Ça vous dit rien une "Sirène" ?
Masculin
Métier : Capitaine Pirate
Localisation : Le Chien de Mer
Début de l'aventure : 03/12/2016
Discussions avec soi-même : 117
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Déc - 22:28
Bienvenue p'tit gars

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 28 Déc - 14:40
Invité
Bienvenue plus officiellement *^*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severine Vendevert
Tu me laisses un goût amer, Pépin.
Féminin
Métier : Apothicaire
Localisation : Dorush
Début de l'aventure : 29/11/2016
Discussions avec soi-même : 177
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 15:10
Bienvenue !!!
J'aime beaucoup ton style d'écriture, et le caractère du personnage ! Je sens qu'il va faire des étincelles !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 28 Déc - 15:42
Invité
Merci à vous trois, au plaisir de vous croiser en RP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trianna Qureshi
Il ne suffit que d'y penser, pour être libre.
Féminin
Métier : Servante
Localisation : Athalie
Début de l'aventure : 02/08/2016
Discussions avec soi-même : 352
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 18:30

Je te souhaite une nouvelle fois la bienvenue, j'espère que tu te plairas parmi-nous !

Je rejoins Sev', très joli style et surtout, tu t'es tout à fait approprié l'univers et l'ambiance d'Athalie

J'ai bien vu l'icône du sujet disant que la fiche est terminée, toutefois j'ai aussi vu traîner un message sur la CB qui dit que tu veux encore modifier des choses alors je vais attendre un petit peu que tu me dises quoi

(Dans tous les cas, il manque le lien de ta fiche dans le profil )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 28 Déc - 21:42
Invité
Bienvenue ! Encore un mercenaire... la concurrence va être rude ! Ça fera baisser les prix comme ça What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trianna Qureshi
Il ne suffit que d'y penser, pour être libre.
Féminin
Métier : Servante
Localisation : Athalie
Début de l'aventure : 02/08/2016
Discussions avec soi-même : 352
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Déc - 23:48
Tout est bon du coup !

Soit gentil, on a besoin de plus de gentils

Tu peux allez ouvrir ton journal de bord - ou pas, chercher des gugusses avec qui parler - ou te parler à toi-même, et surtout, aller participer au Bal de l'Ennui !

A très vite dans les Contrées
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De retour à Mathusalem :: À la fin de la journée... :: Bande de tire-au-flanc !-
Sauter vers: