:: À la découverte de Mathusalem :: On se connait ? :: Allez, au boulot ! :: Bande de tire-au-flanc ! Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nebel Bard

Invité
Invité
Lun 5 Déc - 23:37
Invité


Papier d'immatriculation


Nebel Bard

T'es qui au juste ?






Sexe :
Masculin
Âge :
35 ans
Contrée d'origine :
Dohilac
Localisation actuelle :
Paumé
Métier :
Marchand itinérant. Comment ça, “marchand de quoi” ? Mais de tout, voyons !
Situation familiale :
J’ai perdu mes parents il y a quelques années de ça. Et ça, c’est triste…
J’ai des frères et sœurs à Dohilac, mais j’ai perdu tout contact avec eux.
Nombre de Mall's en poche :
Le commerce, quand c’est bien fait, ça paye. Et ça paye bien.
"Un œil suffit au marchand. Cent yeux ne suffisent pas à l'acheteur."
 

Tu trimbales quoi avec toi ?


Hissan, mon fidèle cheval. Il est pas très rapide, mais il tient la route, et il se fatigue pas vite. C’est tout ce que je lui demande, je suis pas pressé de toute façon.

Une petite charrette, pour transporter la marchandise, tirée par mon cheval… ça explique peut-être pourquoi il est pas rapide remarquez.

Ma besace contient ce qu’il faut pour le voyage : à manger, à boire, puis quelques babioles  de première nécessité. Et ma bourse de Mall’s, bien entendu.

Ma flissa, que j’ai récupéré lors d’une de mes excursions au désert de Riak, est rangée à ma ceinture, parce qu’après tout il faut bien savoir se défendre. Légère, maniable, bien aiguisée, je m’en sers pour dissuader les voleurs les moins téméraires. Les autres, je leur laisse pas de deuxième chance.

Un arc et un carquois de flèches, pour chasser. Je suis pas super doué, mais j’ai bien dû apprendre pour pas mourir de faim pendant mes déplacements.

Et tu ressembles à quoi ?


Pas trop moche il me semble. Des traits fins et plutôt élégants, même s’il est vrai que mon visage commence à être marqué par le temps. Des cheveux bruns mi-longs, une belle barbe dont je n’suis pas peu fier, une toute aussi belle moustache dont je prends grand soin, et enfin des yeux noisettes qui peuvent lire en vous comme dans un livre ouvert. Un teint relativement basané, pas naturel mais plutôt bronzé par les longues journées à passer sous le soleil.

Question carrure, j’ai pas à me plaindre. Je suis grand mais pas trop, du haut de mon mètre quatre-vingt. Plus grand et j’intimiderais mes clients de taille modeste, plus petit et je paraitrais une cible facile pour le premier soi-disant voleur jetant son dévolu sur mes richesses. De même pour ma carrure, ni une montagne de muscle, ni une branche frêle sur le point de s’envoler au moindre coup de vent. Mes nombreuses traversées du continent m’ont façonné et ont fait de moi un homme athlétique, doté de muscles puissants mais néanmoins subtils, me rendant par la même occasion parfaitement capable de veiller à ma sauvegarde personnelle, et à celle de ma bourse.

Mon visage affiche toujours une expression sereine et assurée, doté d’un sourire rassurant et inspirant la confiance, déformation professionnelle plutôt que volontaire, qui fait également écho à mon attitude et ma démarche.

Tu vas pas nous créer des problèmes au moins ?


Des problèmes ? Non, bien sûr que non… Enfin, ça dépend pour qui. Je n’suis pas un voleur si c’est ce que vous demandez… escroc serait un terme plus correcte. Mais les marchands le sont tous plus ou moins hein, faut pas se voiler la face. J’aime l’argent, comme tout le monde finalement, personne ne peut me le reprocher.

Je suis pas foncièrement mauvais, j’ai juste tendance à penser à mes intérêts avant tout. Et si nos intérêts vont dans le même sens, on peut toujours s’arranger. Sinon, j’aime pas les ennuis… mais s’ils viennent à moi, ce n’est que de la légitime défense, hein. Enfin, je suis pas suicidaire non plus, j’aime le risque, mais le risque contrôlé, vous voyez ? Du coup si vous venez à quarante… déjà vous êtes des lâches, ensuite faut pas s’énerver comme ça, on peut toujours discuter !

Avec les gens, et surtout les clients, je suis assez amical, parce que figurez-vous que c’est ce qui marche le mieux pour vendre. Outre ça, je m’adapte à chacun, on parle pas de la même façon à un grouillot standard qu’à un type bien habillé et avec une bourse bien remplie, vous comprenez ? Par exemple, là je vous parle comme ça parce que vous avez pas bien l’air futé, et le client se sent toujours plus proche d’un type de son niveau. Et je suis assez cultivé et instruit pour m’adapter à n’importe quel type de client, peu importe son âge, d’où il vient et son patrimoine. C’est sans compter ma capacité à lire dans les gens, une compétence que tout bon marchand se doit d’acquérir. Retenez bien ça, mettre le client à l’aise, c’est 90% de la transaction.

Tu viens d'où comme ça ?


Oh, j’en ai fait du chemin, et pourtant mon histoire n’a rien de bien passionnant. Je suis né avec une cuillère en argent dans la bouche, dans le genre de famille qui se porte plutôt bien financièrement et qui, par conséquent, se croit et se la joue noble. Vous voyez le genre ? J’ai jamais pu les supporter. Ma mère ça allait encore parce qu’elle venait d’une famille plus modeste, mais le reste…

Mon père était le stéréotype du marchand fortuné plus occupé par ses affaires que par sa propre famille. Plus que l’argent, ce qu’il voulait, c’était la reconnaissance et le pouvoir, et nous ses enfants n’étions que des instruments, des pions pour arriver à sa fin. Et mes fraternels, comme les bons moutons qu’ils sont, se sont pris au jeu. Mariages politiques, magouilles en tout genre, alliances et trahison, faut bien admettre que notre famille était reconnue pour sa capacité à tirer son épingle du jeu, peu importe la situation.

Moi ? J’étais le plus jeune, le fils à maman, j’en prenais plein la gueule par mes frères mais au moins mon père me laissait un peu à l’écart de tout ça, ne serait-ce que parce qu’il avait déjà largement de quoi faire avec la tribu qui lui servait de progéniture. Le temps que je sois assez grand pour mouiller dans ses combines, je m’étais fait un caractère bien à moi. La reconnaissance, ça m’a jamais intéressé. Le pouvoir encore moins, j’ai pas besoin qu’un village d’idiots me regarde avec respect ou crainte pour me sentir important. Cela dit, faut admettre que grandir dans ce genre d’environnement m’a forcé à développer des capacités très utiles, qui me servent encore aujourd’hui.

Bref, quand il a voulu se servir de moi comme il s’était servi de tous les autres, je l’ai envoyé se faire voir. Oh, j’ai souffert ce jour-là. C’est qu’il est plutôt nerveux le paternel, et a un complexe de supériorité en plus de ça. Alors ne pas se faire respecter par son propre fils, ça a dû lui rester en travers de la gorge. Mais il en faut plus pour le faire abandonner, et je dois bien avoué avoir hérité de ce trait particulier. Du coup, ça a continué pas mal de temps comme ça. Lui qui tente de me manipuler comme une marionnette, moi qui fais systématiquement capoter ses plans et prends une dérouillée en guise de punition. Ma mère a bien essayé de jouer les intermédiaires, mais c’était sans compter nos caractères. Deux lions aussi fiers l’un que l’autre, ça ne peut pas se finir bien.

Finalement, mon paternel a atteint la position de dirigeant de Dohilac, même si pas pour longtemps. Et on finit enfin par me lâcher la grappe, mais pas avant de me déshériter évidemment. A partir de là, ils ont commencé à m’ignorer, pour mon plus grand plaisir. Mon seul point d’attache avec ma famille désormais était ma mère. C’est à partir de là, à peine devenu jeune adulte, que je me suis mis au commerce. J’ai commencé avec rien, des babioles que je trouvais, récupérais, escroquais pour les revendre à un prix qui frise le criminel. Puis une fois assez d’argent amassé, je me suis associé à des producteurs, des petits artisans qui tentaient de se faire un nom mais qui se faisaient étouffer par la concurrence déjà établie là. J’étais déjà bien éloquent à l’époque, alors faire passer leur camelote pour du luxe a jamais été bien difficile, et la marge allait tout dans ma poche.
Puis vint un moment où j’ai ressenti l’appel de l’aventure. Je voulais voir autre chose, expérimenter la vie ailleurs que dans ce bled où mon propre paternel me gardait dans sa ligne de mire et veillait à ce que je n’aie jamais plus de succès que lui, question de fierté. Alors je suis devenu marchand itinérant. J’ai commencé lors du cycle des itinérants cette année-là, j’ai rejoint une caravane de marchands en direction du sud pour me faire une idée de la chose. Ça n’a pas été simple, et j’ai beaucoup perdu au début. Entre les bandits, les accidents en route et autres petits et gros imprévus, j’ai vite compris que ce n’était pas une vie facile. Ce qui ne m’a pas dissuadé, croyez-moi bien.
J’ai persévéré, chaque année je retentais l’expérience, et entretemps je me préparais. J’ai appris d’abord à me battre, puis à subvenir à mes propres besoins, et à partir de là mes prochaines tentatives étaient bien plus fructueuses. Et plus le temps passait, plus j’allais loin, plus j’étanchais ma soif de découverte… du moins jusqu’au prochain cycle des itinérants. Et en parallèle je me lançais dans des combines de moins en moins honnêtes, m’associais à des gens tous aussi pourris les uns que les autres. Mais entre pourris, on se comprend.

Puis arriva le moment où mes parents tombèrent malade. Enfin malades… ils ont été empoisonnés plutôt. Jusqu’à maintenant le coupable n’a pas encore été attrapé, mais j’ai ma petite idée de qui c’est… Mon père je m’en foutais pas mal, mais ma mère, ça m’a pas mal attristé. Malheureusement je n’ai pas eu le temps de faire mon deuil qu’on m’accusait déjà. Mes petites querelles avec mon père étaient bien connues, alors quelqu’un en a profité pour lancer des rumeurs. Le manque de preuve m’a évité le pire, mais c’est surtout parce que le coupable avait pas le bras assez long. En tout cas, ça a quand même mis un frein à mes activités locales, mais ce n’est devenu qu’un prétexte pour me lancer totalement dans le commerce itinérant.

Je n’ai plus de famille, plus de chez moi, et je ne me suis jamais senti aussi libre que maintenant.

Un peu du vrai toi


Prénom / Pseudo : Elyas/Sayle
Âge : 22 ans
Comment as-tu connu le forum ? Azran
Depuis combien de temps fais-tu du RP ? Ça doit faire un peu moins de 10 ans, mais avec de longues pauses entre temps.
Attendez… p’tain, dix ans… je me fais vieux :’(
Un p'tit mot à nous laisser ? La bise ~

Code by Kallie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drystan
Je t'apprends à nager ?
Métier : Pirate !
Localisation : Khalem.
Début de l'aventure : 16/09/2016
Discussions avec soi-même : 61
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Déc - 23:53
Bienvenuuuuue !
J'aime beaucoup ton avatar. Et ton personnage. Et ta façon d'écrire. Oui.

Bon courage pour ta validation, j'espère que tu te plairas par ici :D

_________________



Drystan ironise en slategrey.
JOURNAL DE BORD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azran Surion
Ça vous dit rien une "Sirène" ?
Masculin
Métier : Capitaine Pirate
Localisation : Le Chien de Mer
Début de l'aventure : 03/12/2016
Discussions avec soi-même : 115
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Déc - 0:00
Nebel Bard a écrit:
J’ai perdu mes parents il y a quelques années de ça. Et ça, c’est triste…

Nebel Bard a écrit:
Du coup si vous venez à quarante… déjà vous êtes des lâches, ensuite faut pas s’énerver comme ça, on peut toujours discuter !

Nebel Bard a écrit:
Par exemple, là je vous parle comme ça parce que vous avez pas bien l’air futé, et le client se sent toujours plus proche d’un type de son niveau.

C'est pour ça que j'aime cet homme

Nebel Bard a écrit:
Hissan, mon fidèle cheval. Il est pas très rapide, mais il tient la route, et il se fatigue pas vite. C’est tout ce que je lui demande, je suis pas pressé de toute façon.

Une petite charrette, pour transporter la marchandise, tirée par mon cheval… ça explique peut-être pourquoi il est pas rapide remarquez.

Mais du coup est-ce qu'il va à Pau ?

Bienvenue copain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 6 Déc - 0:09
Invité
Eh ! Merci les z'amiiis \o
Content que ma présentation de plaise Drystan :D

Moi aussi je t'aime mon chou <3 Et non, il s'arrête pas à Pau. Il PASSE par Pau. Après, c'est vous qui voyez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Trianna Qureshi
Il ne suffit que d'y penser, pour être libre.
Féminin
Métier : Servante
Localisation : Athalie
Début de l'aventure : 02/08/2016
Discussions avec soi-même : 331
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Déc - 10:01
Bienvenue par chez nous !

Ma foi, je l'aime bien moi le ptit Nebel !
J'aime assez le côté jenfoutisme mais pas trop, je suis honnête avec toi mais t'es quand même un pigeon, puis au fond je suis gentil mais quand même un c*nnard
Je trouve le personnage super attachant, raconté avec une jolie plume une fois encore !

Alors va pas t'encanailler avec la vermine Pirates

Tu peux aller marchander où bon te semble !

Tu peux ouvrir ton journal de bord - ou pas - et poser tes questions quand tu veux o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severine Vendevert
Tu me laisses un goût amer, Pépin.
Féminin
Métier : Apothicaire
Localisation : Dorush
Début de l'aventure : 29/11/2016
Discussions avec soi-même : 164
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Déc - 10:22
Bienvenue, ça fait plaisir de voir ta bouille !!!
Et non tu es pas vieux! Faut pas dire ça ! Juste un peu moins jeune :D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 6 Déc - 10:32
Invité
Ouii merci pour la validation !

Merci pour l'accueil, et je suis content que ma présentation vous ait plu ! A bientot en rp ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 6 Déc - 11:45
Invité
Une présentation à la première personne comme je les aime. La bienvenue à bord camarade, installe-toi et paie-nous une tournée ! (Ouais, ici les anciens sont rois, c'comme ça).
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De retour à Mathusalem :: À la découverte de Mathusalem :: On se connait ? :: Allez, au boulot ! :: Bande de tire-au-flanc !-
Sauter vers: